Être digital nomad ça coûte cher ? Vraiment ?

La vie d'un digital nomade.

Être digital nomad ça coûte cher ? Vraiment ?

Un digital nomad travaillant en pleine nature

D’un point de vue extérieur à ce mode de vie, on peut se dire que le coût de la vie de digital nomad est élevé. Après tout, d’apparence, on est en permanence au soleil, si ce n’est pas au bord d’une plage de sable blanc avec une eau azure à 25 degrés…

En dehors du fait que ça n’est pas toujours le cas (mais ça c’est notre faute ; c’est ce qu’on partage sur Instagram), il faut faire une distinction importante : on n’y est pas en vacances. Dès lors, les coûts sont complètement différents.

Si une personne seule peut dépenser plus de 1000 € pour une semaine de vacances, ça fonctionne évidemment différemment lorsqu’on est nomade.

Mais alors, combien ça coûte d’être digital nomad ? C’est ce qu’on va tenter de déterminer ici !

Tout en nuances

Déjà, sachez qu’il n’y a pas de réponse exacte à cette question. Il est complètement impossible de dire : un nomade dépense 857,42 € par mois. Ça ne marche pas comme ça. Il y a des critères à prendre en compte, qui nuancent les dépenses (et qui rendent à vrai dire tout généralisation bancale).

Le lieu on l’où vit

C’est une évidence mais il faut le rappeler : le coût de la vie n’est pas le même si l’on vit à Los Angeles ou à Playa del Carmen, au Mexique.

Pourtant, dans les deux cas on a le soleil, la plage et les jolies filles (ou garçons, c’est selon 😉).

C’est une des raisons qui font que beaucoup de nomades vont en Asie ou en Amérique du Sud : on a d’excellentes conditions de vie à un coût réduit.

Vos besoins

La deuxième chose principale à prendre en compte, c’est vos besoins. C’est à dire vos exigences.

Par exemple :

  • Le type de logement : si vous êtes plutôt chambre chez l’habitant ou villa avec piscine ;
  • Si vous cuisinez ou si vous mangez dehors à chaque repas ;
  • Les transports : si vous êtes plutôt transports en commun ou si vous préférez louer une voiture ;
  • Et bien d’autres encore !

Une fois ces distinctions faites, prenons des exemples et comparons le coût de la vie. Mais comme je l’explique par la suite, prendre en compte uniquement le coût de la vie, ce n’est pas du tout fiable lorsqu’on est digital nomad… mais on en reparlera !

Comparaison du coût de la vie

Plutôt que de me baser sur mon expérience, qui sera forcément biaisée, je vais prendre des exemples tirés de ce site. C’est un comparateur mondial du coût de la vie, et ça parait plutôt fiable.

Pour cet exemple, je vais choisir deux villes :

  • Paris, France (car je présume qu’au moins une partie de vous, mes chers lecteurs, vient de Paris, ou au moins en connais le coût de la vie)
  • Bangkok, Thaïlande (car c’est une destination prisées par les digital nomads, tout en n’étant pas la plus cheap)

Pour essayer de faire un comparatif complet, je vais me baser sur les éléments suivants : alimentation, prix en supermarché, transports et location d’appartement.

Alimentation

Pour comparer les prix de l’alimentation entre Bangkok et Paris, on va prendre deux valeurs sûres : le prix moyen d’un McDo, et le prix d’une pinte de bière.

Si un repas moyen au McDonalds coûte 9 € à Paris, son prix est de 4,93 € à Bangkok, soit 45% de moins.

Quant à la pinte de bière, si elle est estimée à 7 € dans la capitale Française, elle est de… 1,70 € à Bangkok. Soit presque 76% de moins.

Si ce sont évidemment des moyennes et que, par exemple, le prix de l’alcool va fortement dépendre du quartier et du bar où vous êtes, c’est très clairement moins cher de manger et de se pinter la tronche en Thaïlande qu’à Paris.

Prix en supermarché

Ce qui est intéressant aussi, c’est de comparer le coût de certains produits en supermarché. Même si vous comptez manger à l’extérieur la plupart du temps, il y a des chances pour que vous fassiez quelques courses à un moment ou à un autre.

Donc, quelques exemples :

  • Une boîte de 12 oeufs coûte 3,82 € à Paris, contre 1,53 € à Bangkok ;
  • Le kilo de bananes lui passe de 2,14 € à 1,11 € ;
  • Une bouteille de 1,5L d’eau est à 1,02 € à Paris, contre 0,44 € à Bangkok.

Vous le voyez donc, les prix sont environ 50% moins cher. Seule exception, et tout à fait logique : le vin. Si une bouteille de vin moyenne coûte 8 € en France, son coût à Bangkok est de … 20,54 € !

Transports

Métro symbolisant les transports pour les digital nomad

Parlons un peu transports ! En effet, si vous pensez rester quelques temps dans une ville, il est toujours bon de connaître les moyens de transports locaux et les coûts.

Pour le comparatif, on va se concentrer sur ce qu’on peut trouver dans les capitales :

  • Un ticket de transport classique est à 1,90 € à Paris, contre 0,93 € à Bangkok. Pour le pass mensuel, le prix passe de 75 € à 35,61 €, soit à peu près le même rapport ;
  • Un litre d’essence est à 1,55 € dans la capitale Française, contre 0,73 € pour la capitale Thaïlandaise.

Dans tous les cas, on peut diviser par deux les prix des transports entre Paris et Bangkok.

Location d’appartement

Le dernier point de comparaison est peut être celui qui va vous intéresser le plus : les logements. Alors, évidemment, les prix que je vais citer sont des prix moyens.

Tout dépend du quartier que vous visez, du type de location que vous choisissez (quelques jours, quelques semaines, quelques mois) et de la plateforme par laquelle vous passez (Airbnb, sites locaux, en physique sur place, …).

Mais pour indication, les prix fournis par le site de comparaison sont les suivants :

  • Appartement 1 chambre dans le centre ville : 1 220,23 € à Paris, contre 575,45 € à Bangkok ;
  • Appartement 1 chambre en dehors du centre ville : 883,19 € à Paris et 290,85 € à Bangkok.

Soit 53% moins cher pour l’appartement dans le centre, et 67% pour l’appartement en dehors du centre ville. Ce qui reste, et quelle que soit la méthode que vous utiliserez pour réserver, une différence importante.


Donc, dans toute les catégories, c’est, et c’était attendu, la Thaïlande qui l’emporte sur le coût de la vie.

Pour la comparaison complète, allez faire un tour ici 😉

MAIS…

Hop hop hop, attendez avant de réserver vos billets pour Bangkok : il y a un gros mais.

Toutes les comparaisons que je viens de faire sont biaisées… Et oui : ces prix (et le coût de la vie en général) ne sont valables que lorsqu’on est un local.

Or, en tant que digital nomad, vous n’êtes pas des locaux ; vous aurez donc des coûts supplémentaires.

Par exemple, si vous voulez aller en Thaïlande, il faudra prévoir :

  • Le coût des billets d’avion ;
  • Le coût d’une assurance de voyage internationale ;
  • Peut-être payer pour un coworking sur place ;
  • Éventuellement une SIM locale (à savoir qu’avec certains opérateurs Français vous avez déjà de la data incluse dans votre forfait dans beaucoup de pays à travers le monde) ;
  • Quelques achats en plus, comme un adaptateur de prise électrique ;
  • Les sorties culturelles, sportives, etc. ;
  • Autre…

Ainsi que les charges que vous avez qui ne dépendent pas de votre lieu de vie : assurance professionnelle (RC Pro), complémentaire santé, forfait téléphone, éventuellement domiciliation de votre entreprise, loyer, …

Vous voyez, la réponse « Bangkok est moins cher que Paris » n’est pas si vraie. Ou, du moins, est très simplifiée.

Conclusion

Donc, comme on l’a vu, être digital nomad, ça peut revenir moins cher que de vivre en sédentaire, quand on est en France (encore que cela dépende du lieu en France, on peut très bien être digital nomad à Biarritz, comme je l’ai fait !).

D’autant plus lorsqu’on fait du slow travel : lorsqu’on voyage lentement et qu’on reste plusieurs mois dans un même lieu. Typiquement, en Thaïlande, rester plusieurs mois à Bangkok permet non seulement d’amortir le prix des billets d’avion, mais aussi de pouvoir négocier le prix du loyer, par exemple.

En revanche, si vous ne restez que trois semaines et que vous faites le calcul au jour passé, votre séjour vous aura coûté bien plus cher.

Et vous, vous avez d’autres astuces pour réduire les coûts de vos voyages ?

Une réponse

  1. […] mener ce train de vie (qui peut être moins cher qu’une vie de sédentaire), on a besoin d’argent, et donc de travailler […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.