Devenir Digital Nomad en 4 étapes

La vie d'un digital nomade.

Devenir Digital Nomad en 4 étapes

digital nomad regardant le paysage d'une ville

Devenir digital nomad, pouvoir travailler de n’importe où dans le monde, avec pour seul besoin un ordinateur et une connexion internet… Ça fait rêver, non ?

Si tu as cliqué sur cet article, c’est que tu sais déjà ce qu’est la vie de digital nomad et que tu aimerais bien tenter l’aventure ! L’aventure de pouvoir vivre plusieurs mois à quelques minutes d’une plage paradisiaque pour un coût ridicule. L’aventure d’aller où tu veux tout en ayant un revenu et ne plus être soumis à ton mode de travail actuel, la rat race…

Bref, je ne vais pas te faire attendre plus longtemps, tu connais le bail.

À l’heure où j’écris ces lignes, ça fait 2 ans que je suis digital nomad. Et pour avoir vu d’autres nomades se lancer, je sais que ça ne se fait pas en claquant des doigts (on n’est pas tous Joséphine ange gardien).

Donc pour t’aider à te lancer, je me suis décidé à écrire ce petit guide. Il se veut le plus complet possible, avec le maximum d’infos possible. Si cependant tu as toujours des questions, pose-les en commentaires, et je mettrai à jour l’article avec des réponses 😉

Sommaire

Étape 1 : 6 mois à 1 an avant le départ

Étape 2 : 3 mois avant le départ

Étape 3 : Moins d’un mois avant le départ

Étape 4 : Le jour J

Une fois sur place


Étape 1 : 6 mois à 1 an avant le départ

Et oui, devenir digital nomad, ça peut se préparer plusieurs mois, voire un an ou plus, à l’avance.

Je dis peu car cette section ne te concerne peut-être pas. Peut-être que tu as (consciemment ou non) déjà respecté toutes les consignes dont je vais parler ici.

Trouver sa voie de digital nomad

Déjà, ça commence par trouver sa voie de nomade numérique. C’est à dire, si tu fais un métier actuellement incompatible avec le nomadisme mais que tu veux absolument tester ce mode de vie, trouver un job qui soit compatible.

J’ai écrit un article à propos des jobs parfaits pour devenir digital nomad. Si tu es dans ce cas-là, je te conseille de le lire et de bien réfléchir au tournant que tu aimerais que ta vie prenne.

À savoir que ton choix n’est pas forcément définitif. Lorsque j’ai commencé ma vie de nomade, j’étais développeur. Je suis aujourd’hui copywriter, et je travaille sur divers side-projects pour me concentrer sur l’entreprenariat. Donc, pas de panique !

Économiser

Sauf (et même si, à vrai dire) tu respectes déjà l’étape suivante, c’est une bonne idée d’avoir des économies avant de se lancer. Six mois d’avance sur tes dépenses, par exemple, me semble correct.

Ça te laissera le temps de trouver des clients si tu es freelance, ou de te réorienter.

Ou sinon, tu peux faire comme certains entrepreneurs, et partir avec le minimum d’économies possible. C’est au pied du mur qu’on est le plus efficace et qu’on se bouge réellement le cul. Évidemment, je ne t’encourage pas dans ce sens (je ne veux pas être responsable de ta faillite 🤷‍♂️)

Assurer ses revenus

La dernière chose que je vais aborder ici, c’est de t’assurer d’avoir des revenus avant de partir. Par exemple, si tu es développeur freelance, ne fais pas comme moi à l’époque, essaye de trouver un client avant de partir.

Trop optimiste, je me suis dit que trouver une mission en remote en étant développeur était facile. Hélas, en 2019, le télétravail était considéré en France comme une satanerie par beaucoup. J’ai beaucoup galéré pour trouver une première mission.

Alors c’est aujourd’hui certainement plus facile de trouver une mission en remote (quoi que, le management français étant incompatible avec le télétravail, c’est pas dit…), je te conseille quand même de faire ce qu’il faut pour trouver un ou des clients avant de partir. Et pour ça, rien de mieux que LinkedIn. Allez, je fais un peu de promo, je te laisse le mien, va faire un tour j’y publie des posts intéressants parait-il 😉

Si tu es en CDI et que tu peux partir, ça ne s’applique évidemment pas !

Étape 2 : 3 mois avant le départ

Sac de digital nomad ouvert avec un ordinateur

Ça y est ! Tu sais ce que tu veux faire, tu as des économies et des revenus assurés ! Génial !!

Maintenant, la date de départ que tu as en tête approche, c’est dans trois mois ! Il reste plein de trucs à faire !

Dire adieu à sa vie d’avant

Ouch, le titre qui fait mal !

Mais c’est plus ou moins le cas. Il faut réussir à dire adieu à sa vie d’avant pour devenir digital nomad. Suivant ta situation et tes envies, ça revêt des formes différentes, mais dans l’ensemble, il faut se préparer aux changements qui arrivent.

Pour ma part, ça a été :

  • Rendre l’appartement dans lequel je vivais depuis 2 ans et demi ;
  • Vendre ma voiture ;
  • Vendre ou donner 90% de mes biens (tout ce qu’il me reste tient dans 3 petits cartons, chez mes parents) ;
  • Devenir (semi-)minimaliste.

Le changement ne sera peut-être pas aussi brutal pour toi. Peut-être que tu vas garder ton appartement ou ta voiture.

Dans tous les cas, il va falloir accepter le changement et faire le nécessaire pour que ta nouvelle prenne un bon départ. Devenir digital nomad, ça demande des sacrifices aussi !

Ah, et ça veut aussi dire expliquer à ses proches notre nouvelle façon de vivre. Il faudra que j’en fasse un article complet, les relations avec les gens qu’on laisse ne vont pas forcément être faciles, il faut en être conscient.

Faire les achats nécessaires

Une fois débarrassé de tes biens « inutiles » pour ta nouvelle vie, il va falloir faire l’acquisition de ce qui te sera utile dans ta nouvelle vie nomade. Évidemment, tu possèdes déjà beaucoup de ces objets, mais pas tous !

Voici quelques exemples :

Un (bon) sac à dos

Quand on veut devenir digital nomad, avoir un bon sac à dos est primordial ! Ton sac à dos va devenir ta nouvelle maison. Il contiendra toutes tes possessions nécessaires à ta nouvelle vie. Il va donc falloir le choisir avec soin !

Personnellement, j’ai opté pour une forme de vie semi-minimalisme. J’ai commencé ma vie de nomade avec un seul sac à dos cabine. J’en ai aujourd’hui deux. Je les transporte tous les deux en cabine quand je prends l’avion, ce qui m’évite de passer par la case check-in (et donc gagner un temps fou au départ et à l’arrivée).

Bref, il va donc falloir choisir ton sac avec soin, suivant tes besoins. Il le faudra confortable et pratique.

Personnellement, en sac principal, j’ai opté pour le Osprey Farpoint 40 :

Sac à dos Osprey parfaitement adapté aux digital nomads

Pour bien organiser mes vêtements qui s’y trouvent, j’utilise des sacs de compression, très utiles.

Mon sac secondaire, que j’utilise aussi lors de mes voyages une fois sur place (pour aller travailler dans un café, passer la journée à la plage, etc.), est un simple sac Eastpak. Oui oui, le même qu’a la moitié des lycéens 🤷‍♂️

Autres

Voici quelques autres achats que je conseille :

  • Une serviette en microfibre, compacte et sèche rapidement ;
  • Une gourde réutilisable, écolo et durable (tu peux la prendre en cabine en avion à condition qu’elle soit vide) ;
  • Un stand pour surélever ton ordinateur et éviter les problèmes de dos (requiert évidemment l’achat d’une souris et clavier externes).

Dans tous les cas, je te conseille de faire une liste de ce que tu vas prendre. Sur une Spreadsheet Google, ça marche très bien. Allez, je vais être généreux, je te partage la mienne !

Voir aussi : 5 gadgets indispensables pour le digital nomad

Décider de sa destination

Bon, trois mois avant le départ, si ce n’est pas fait, il va falloir se décider sur la destination !

Enfin, je dis ça, ça dépend de ton état d’esprit. Perso, je fais partie des personnes qui peuvent se décider trois jours avant le départ. Mais, suivant ta personnalité et aussi ta destination, c’est bien de choisir plusieurs semaines à l’avance, ne serait-ce que pour réserver les transports.

Donc, il va falloir te décider où aller ! Pour ça, je te conseille de prendre en compte les points suivants :

  • Ton budget : vivre en Asie du sud-est ou à Oslo n’aura pas le même coût ;
  • Tes envies : découvrir l’Amérique Latine ou l’Europe du Nord ? ;
  • Ta zone de confort : si tu veux changer complètement de culture ou plutôt rester dans ta zone de confort ;

Ce ne sont que quelques points parmi beaucoup.

Personnellement, j’ai choisi l’Espagne comme première destination. Déjà, parce que je ne voulais pas trop sortir de ma zone de confort pour commencer (je voulais y aller doucement). Aussi, parce que je voulais apprendre l’espagnol. Et que niveau climat, ça correspond plutôt à mes envies.

C’est donc tout à fait personnel. Pour t’aider à prendre ta décision, je te conseille Nomadlist, qui liste et note les différentes destinations prisées par les nomades, et cette carte, qui compare les coûts de la vie partout dans le monde.

Une fois ta destination choisie

Une fois ta destination choisie, réfléchis à la façon dont tu vas vivre là-bas. Ne réserves pas forcément ton logement tout de suite, mais réfléchis-y. Tout simplement parce que si tu veux tenter l’aventure d’un coliving (une coloc de nomads, en gros, ce que je recommande), comme celui de Tenerife, ils peuvent être bookés des mois à l’avance.

Si tu vises plutôt un Airbnb, que ça soit juste une chambre ou un appart entier, là tu as un peu plus de temps !

Deuxième conseil une fois ta destination définie, c’est évidemment de regarder les conditions de voyage. C’est à dire :

  • Besoin d’un visa ou non ;
  • Le type de prise électrique (pour pouvoir acheter un adaptateur comme celui-la) ;
  • Si des vaccins sont requis ou conseillés ;
  • etc.

Rejoindre des communautés de digital nomads

Rassemblement de nomades à Tenerife, Îles Canaries

Une autre bonne idée quelques mois avant ton départ, c’est de rejoindre des communautés de nomades numériques. Il y a notamment plusieurs groupes Facebook qui sont intéressants :

Si tu as des doutes ou des questions, ils te donneront les conseils parfaits pour t’aider à devenir digital nomad !

Suivre des nomades sur Instagram ça peut être cool aussi, pour avoir des conseils, des recommandations, ou tout simplement des idées pour tes prochaines destinations. D’ailleurs, voilà le mien ! 😇

S’assurer médicalement

J’espère que tu n’en auras jamais besoin mais… Il vaut mieux couvrir tes arrières en cas de problème de santé. Là, deux cas de figure.

Tu restes dans l’UE

Dans ce cas-là, il suffit de faire une demande de CEAM (carte européenne d’assurance maladie) auprès de la sécu. Il s’agit plus ou moins d’une carte vitale européenne (attention, tu ne pourras pas l’utiliser en France) qui te couvrira en cas de besoin médicaux.

Une fois la demande faite, elle arrive généralement sous deux semaines et est valable deux ans. Ça se fait en quelques clics et je te conseille vraiment de le faire, j’ai dû aller chez le médecin en Espagne, et grâce à elle je n’ai rien payé.

Tu sors de l’UE

Là, il va falloir souscrire à une assurance privée internationale. Tu vas devoir payer, mais, honnêtement, la santé n’est pas un domaine sur lequel on doit faire des économies. Il vaut mieux payer quelques dizaines d’euros par mois « pour rien », que de se retrouver avec des milliers d’euros de frais d’hospitalisation si tu te casses la patte en Thaïlande…

En général, le nom qui revient le plus souvent chez les nomades est Safety Wings.

Étape 3 : Moins d’un mois avant le départ

Un mois avant le départ… La date arrive ! Tu vas bientôt devenir digital nomad !

Mais, il te reste quelques trucs à prévoir avant de te lancer.

Faire les réservations

Déjà et évidemment, faire les réservations. Que ça soit pour les transports ou les hébergements – sauf si tu es comme moi à tout faire à la dernière minute – prévoir 3-4 semaines à l’avance, c’est bien.

Pour les billets d’avion, il y a plein de comparateurs de prix. Si tu passes par Google Flights, tu devrais déjà avoir une idée des prix et réserver facilement. Pense bien à vérifier ce qui est inclut dans un billet, notamment au niveau des sacs cabine. Ne t’inquiète pas trop au niveau de la taille exact et du poids (on n’a jamais pesé un de mes sacs cabine), vérifie surtout que tu as le droit de prendre un sac cabine et un accessoire, si comme moi tu veux voyager avec un sac principal et un autre plus petit.

Pour le train, si tu voyages en Europe hors France, tu peux utiliser Trainline, qui te permet de réserver dans pas mal de pays en Europe.

Pour les transports en règle général, renseigne-toi sur les transports locaux, compagnies de tram, bus, etc. Et vois comment ils fonctionnent.

Pour les hébergements, il reste évidemment le classique Airbnb. N’hésite surtout pas à négocier les prix, surtout si tu es en hors-saison. Les propriétaires préfèreront louer moins cher que ne pas louer du tout.

Si tu prévois de rester plus longtemps, cherche sur les sites locaux (type Leboncoin en France ; demande les sites locaux sur les groupes facebook suscités) pour des logements ou des colocations pour plusieurs mois. Les prix seront beaucoup plus attractifs.

Télécharger les bonnes apps

Un smartphone avec une map dessus, représentant une app pour digital nomad

Il est aussi important d’avoir et d’utiliser les bonnes apps ! Aujourd’hui, on fait à peu près tout et n’importe quoi avec un smartphone, et ses utilisations quand on devient digital nomad sont encore plus nombreuses !

Réservations de transport, d’hébergement, traduction, livraison de alimentation ou même de Mariachis… Bref ! Avoir les bonnes apps est un must pour passer un bon séjour en tant que nomade.

J’ai déjà écrit un article avec celles que je recommande, trouvez-le ici.

J’ajouterais juste que, suivant où tu es, les apps seront différentes pour des mêmes services. Là où en France Deliveroo est l’app de livraison la plus utilisée, ça sera Glovo en Espagne et Bolt en Estonie. Renseigne-toi bien !

Également, essaye de tout prévoir pour une utilisation en mode offline. C’est à dire, télécharger la zone locale sur Google Maps, la langue locale sur Google Traductions, etc. Ça te sera bien utile si tu n’as plus de data ou ne captes pas !

Apprendre quelques mots dans la langue locale

Last but not least ! Il est bon d’apprendre quelques mots dans la langue locale. Même si l’anglais est couramment parlé, ça fait toujours mieux de savoir les basiques « bonjour », « s’il vous plait », « merci », etc.

Évidemment, si l’anglais n’est pas bien parlé, apprendre ou avoir un mémo des mots et expressions dont tu as le plus besoin est une bonne idée. Ça t’évitera d’ouvrir Google Traduction toutes les minutes !

Étape 4 : Le jour J – ton départ de digital nomad

Détends-toi, ça va bien se passer 😌

Une fois sur place

Ça y est ! Ton objectif de devenir digital nomad est accompli ! Tu es bien arrivé à destination, tout excité à l’idée de découvrir une nouvelle culture !

Mais il te reste encore des choses à apprendre, jeune padawan ! Voilà encore quelques conseils une fois arrivé sur place.

Repère les points d’intérêt aux alentours

Peut-être que tu l’as déjà fait en amont, ce qui est bien, mais c’est toujours mieux de le faire une fois sur place : repérer les points d’intérêt autour de ton logement. C’est à dire, entres autres :

  • Les supermarchés ;
  • Les ATM ;
  • Éventuellement pharmacies, magasins bio, etc.

Si tu est très prévoyant, tu peux aussi repérer le cabinet médical le plus proche.

Une fois tout ça fait, tu les enregistres sur Google Maps (je te conseille de créer des listes de lieux enregistrés). Comme ça, tu pourras y aller facilement, et même en mode hors-ligne.

Repérer les endroits d’où travailler

digital nomad travaillant depuis un café

Dans la même optique mais en partant du côté du pro, repère les endroits aux alentours d’où tu pourrais travailler si tu prévois de travailler en dehors de chez toi (ce que je recommande, au moins la moitié du temps).

C’est à dire non seulement les espaces de coworking, mais aussi les cafés, bibliothèques, etc. Personnellement, je préfère travailler depuis un café qu’un coworking. La qualité du coworking n’est pas toujours optimale et parfois le prix ne vaut pas le service. Depuis un café, on a aussi un accès internet, des prises électriques, mais avec en plus des boissons et de la nourriture.


Bon, voilà, je t’ai donné à peu près tous les conseils que j’avais en stock pour t’aider à devenir digital nomad ! Encore une fois, si tout n’est pas clair ou que tu as des questions, laisse un commentaire, je te répondrai et mettrai à jour l’article !

Et fais-moi signe quand tu seras devenu nomade 😉

2 réponses

  1. […] ces lignes, vous êtes probablement en train de vous demander quel job vous pourriez faire pour devenir digital nomad. Et si jamais vous ne savez pas exactement ce qu’est un digital nomad, allez faire un tour […]

  2. […] aussi devenir digital nomad, comme moi – et c’est ce que j’explique à travers ce blog […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.