Devenir freelance en 2022 : ce qu’il faut savoir

La vie d'un digital nomade.

Devenir freelance en 2022 : ce qu’il faut savoir

Homme tenant un papier sur lequel est écrit "freelance"

Devenir freelance, le rêve de beaucoup de français ! La preuve, la France compte aujourd’hui plus d’un million de freelance, en augmentation constante (+92% depuis 2009 !).

Si tu es sur cet article, c’est peut-être que toi aussi tu partages cette envie. Et ça se comprend, comme on le verra, et même si le statut de freelance n’est pas parfait, il offre un certain nombre d’avantages !

Bref, sans plus attendre, je te laisse parcourir cet article qui se veut comme un guide, t’expliquant comme te lancer en freelance en 2022.

Ce post parlera un peu de tout ce qui tourne autour du lancement de l’activité d’indépendant, alors si quelque chose en particulier t’intéresse, n’hésite pas à regarder le sommaire et lire uniquement ce qui te concerne 😉

Ah, et juste avant de commencer, je vais préciser que je vais principalement parler du statut d’auto-entrepreneur (ou micro-entreprise), car c’est celui le plus choisi par les nouveaux freelances !

Sommaire

Devenir freelance : un mode de vie

Le statut juridique du freelance

Banque, mutuelle et assurance

Les revenus & taxes

Quelques conseils pour l’administratif

Trouver ses premiers clients

Quelques liens utiles pour terminer

Devenir freelance : un mode de vie

Freelance travaillant de chez lui

Félicitations, tu es sur le point de devenir freelance ! Ce qui veut dire : ta vie est sur le point de changer.

Car être freelance, devenir indépendant, ce n’est pas anecdotique, c’est un mode de vie à part entière ! C’est une nouvelle aventure dans laquelle tu vas te lancer et, très probablement, t’épanouir.

Mais je m’égare ! Avant de parler de tout ce qui gravite autour de la vie de freelance, voyons ensemble les avantages et inconvénients que tu pourras rencontrer.

Les avantages

La vie de freelance offre de nombreux avantages (sinon tu ne serais pas là, n’est-ce pas ?). Parmi ceux qu’on retrouve le plus – et ce que j’ai moi-même expérimentés – on peut lister :

  • Pouvoir choisir ses clients, ses missions ; bref, ceux avec qui on va travailler ;
  • Avoir un meilleur équilibre entre sa vie pro et perso (pouvoir organiser son temps plus facilement) ;
  • Gagner plus d’argent, évidemment ;
  • Mais aussi devenir digital nomad, comme moi – et c’est ce que j’explique à travers ce blog !

Les inconvénients

Mais, évidemment, tout n’est pas aussi rose. Tout le monde serait freelance, sinon. Il y a des désavantages, avec lesquels il faut savoir jongler :

  • Pas de congés payés, ni de congés maladie (ou plus difficiles à obtenir) ;
  • Pas de salaire fixe ; certaines mois peuvent être excellents et d’autres sans aucun revenu ;
  • Des difficultés à contracter des prêts ou à louer un bien (mais il existe des solutions).

Le statut juridique pour devenir freelance en sérénité

Quand on veut devenir freelance, on a le choix entre différents statuts juridiques.

tu as forcément déjà entendu parler de celui de « auto-entrepreneur » (aujourd’hui appelé micro-entreprise). Et ce n’est pas pour rien, car c’est le plus avantageux lorsqu’on débute (pour sa simplicité déclarative et administrative).

Mais ce n’es pas le seul statut possible.

Je ne vais pas m’étendre ici, car ce n’est pas ma spécialité et je n’ai pas envie de dire de bêtises 🤷‍♂️ Mais voici la liste des principaux statuts juridiques possibles quand on se lance en indépendant :

  • Auto-entrepreneur (micro-entreprise) ;
  • Portage salarial ;
  • SASU ;
  • EURL.

Pour en savoir plus sur les différents statuts juridiques et choisir celui qui te correspond, je te laisse aller lire cet article !

Les banques, mutuelles, assurances, …

Pièces de monnaie symbolisant le choix d'une banque quand on veut devenir freelance

Place maintenant à quelque de tout aussi ennuyant, mais pour le coup j’ai 2-3 conseils à te donner !

Une autre case obligatoire par laquelle passer lorsque tu deviens freelance, c’est le choix de tout ce qui est, notamment, banque pro, mutuelle et assurance.

Et on peut dire que tu deviens freelance dans la bonne période ! On voit en effet fleurir ces dernières années des entreprises proposant ces services de manière beaucoup plus adaptées aux indépendants.

Faisons le tour de ce qui existe, et de ce que j’utilise personnellement.

La banque pro

Il existe aujourd’hui plusieurs « néo-banques » faites pour les freelances, et en particuliers les auto-entrepreneurs. Et même si, pour ces derniers, avoir un compte bancaire dédié à leur activité pro n’est pas obligatoire tant que les revenus sont inférieurs à 10k par an, je conseille vivement de choisir une de ces banque dès le début.

Parmi les noms qui reviennent le plus souvent, on retrouve Qonto ou N26, mais pas que.

J’ai personnellement opté pour Shine ! Une néo-banque 100% mobile hyper simple d’utilisation. Shine compte déjà plus de 100 000 indépendants et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

Si toi aussi tu veux partir sur Shine, tu peux avoir 2 mois offerts grâce à ce lien 😉

La mutuelle – complémentaire santé

Devenir freelance, c’est la bonne occasion pour dire adieu à sa mutuelle d’entreprise (tu sais, celle à qui tu dois toujours envoyer tes demandes de remboursements par courrier), pour enfin passer à une vraie complémentaire santé.

Parmi les plus connues, tu trouveras Wemind, dont on reparlera, et Alan, vers qui mon choix s’est porté. Déjà parce qu’à l’époque Wemind n’existait pas en mutuelle, mais aussi parce qu’Alan propose toujours des tarifs plus intéressants.

Et en plus d’avoir un animal totem trop mignon, ils t’offrent un mois gratuit si tu passes par ce lien.

La responsabilité civile professionnelle

Ou RC Pro.

C’est quelque chose qui n’est pas forcément évident pour les nouveaux freelances, car contrairement à une banque ou à une mutuelle, c’est un nouveau besoin.

Une responsabilité civile professionnelle, c’est notamment ce qui va te couvrir si tu causes des dégâts matériels si tu travailles chez ton client.

Pour le coup, je suis chez Wemind. Et même si avoir une RC Pro n’est pas vraiment utile lorsqu’on est digital nomad, ils offrent une assistance juridique, utile lorsqu’on travaille pour des clients français comme moi !

Les revenus et taxes

Quand on est auto-entrepreneur, on est limités en terme de revenus, et on a évidemment des taxes à payer (bien moins élevées que pour les autres types d’entreprises).

Au niveau des revenus, les limites vont dépendre du type d’activité que tu vas exercer :

  • 176 200 euros pour les activités de commerce et de fourniture de logement ;
  • 72 600 euros pour les prestations de service et les professions libérales.

Si tu lis ce blog dans le but devenir digital nomad, tu feras sûrement partie de la deuxième catégorie (destinée aux développeurs, graphistes, rédacteurs, etc.)

Pour les taxes (charges sociales), elles dépendant là aussi du type d’activité :

Tableau des charges sociales lorsqu'on est auto-entrepreneur

Là encore, si ton activité entre dans la catégorie prestation de service, tu devras reverser (plus ou moins), 22,2% de ton chiffre d’affaire à l’état.

Il y a possibilité d’avoir une réduction de ces charges durant les premières années de l’auto-entreprise, à condition de bénéficier de l’ACRE (aide à la création ou à la reprise d’une entreprise).

À noter : concernant la TVA, que les entreprises doivent facturer, le statut de micro-entreprise t’en exonère (tu n’auras pas à la facturer – il y aura alors une mention à rajouter sur tes factures), sauf si tu dépasses le plafond d’exonération.

Il est respectivement de 34 400€ pour les prestations de service et professions libérales, et 85 800€ pour les autres types d’activité.

L’administratif, quelques conseils

Femme freelance se tenant la tête en faisant de l'administratif

Quand on est auto-entrepreneur, l’administratif est bien plus simple que pour une entreprise avec un autre statut. Le mauvais côté de ça, c’est qu’on doit tout gérer nous-même (à moins de faire appel à un comptable ou autre – mais ça ne vaut pas forcément le coût et peu de comptables prennent des micro-entreprise).

Cependant, il a beau être plus simple, gérer l’administratif quand on est auto-entrepreneur ne se fait pas en claquant de doigts non plus !

Il y a des obligations comptables, tu devras aussi créer toi-même tes factures (avec certaines règles), etc.

Heureusement, il y a des outils pour t’aider ! Comme Freebe, une web app qui te permet de générer facilement devis et factures, gérer ta base client, et faciliter ta compta !

Tu peux avoir un mois gratuit en cliquant sur mon lien de parrainage 😉

Trouver ses premiers clients

On a fait le point sur les principaux éléments à prendre en compte lorsqu’on veut devenir freelance !

Mais, tous ces aspects administratifs ne participent évidemment pas à générer un revenu – au contraire même, ils en coûtent !

Aussi faut-il au plus tôt, voire même avant de créer son activité, trouver des clients.

Je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet, car j’ai écrit un article complet à ce propos, va le lire juste ici !

Pour finir, quelques liens utiles pour devenir freelance / Digital Nomad

Voilà, l’article touche à sa fin ! J’espère avoir pu te donner des informations intéressantes pour lancer ton activité de freelance en 2022.

Si jamais tu as des questions auxquelles je n’ai pas répondu, n’hésite pas à les poser en commentaire !

Avant de te lancer et de te souhaiter bonne chance dans ta future vie d’indépendant, j’aimerais te donner quelques derniers liens qui pourraient t’être utiles :

  • Mon site tout d’abord, dans lequel je donne non seulement des conseils pour les digital nomads, mais aussi pour les freelances ;
  • Si tu es dans la tech (développeur par exemple) et souhaite devenir freelance en toute simplicité, je te conseille le service d’accompagnement gratuit de FreelanceRepublik ;

J’éditerai au fur et à mesure cette liste pour te donner encore plus de ressources ☺️

N’hésite pas à me dire ce que tu as pensé de cet article, et à le partager à d’autres futurs freelances !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.