Biarritz, ville de Digital Nomad ?

La vie d'un digital nomade.

Biarritz, ville de Digital Nomad ?

biarritz digital nomad

Ah, la Thaïlande… Ses plages, ses villes animées, sa communauté de nomades… C’est ce que j’aurais dû connaître cet hiver 2020-2021 si une certaine pandémie n’avait pas frappé le monde…

À la place, je me suis retrouvé à… Biarritz. Bon, c’est pas si mal, j’aurais pu me retrouver à Niort, et puis surtout, c’était un choix. Mais Biarritz, est-ce une ville pour les digital nomads ?

Disclaimer

bon, comme vous l’avez compris, je vais parler de Biarritz dans cet article. Je fais juste un petit disclaimer avant : je n’ai évidemment pas visité la ville dans des circonstances normales.

Déjà, il y avait le couvre-feu à 18h00 (si jamais vous lisez cet article en 2027 et qu’il n’y a plus de couvre-feu). Ensuite, bars, restos, cinés et musées fermés. Évidemment, masques obligatoires partout dans l’hypercentre.

Du coup, impossible de me faire une idée totalement objective de ce qu’est Biarritz en condition normale. Et comme, vous allez le voir, mon avis n’est pas forcément positif, c’est à prendre en compte !

Biarritz

Parlons de la ville pour commencer.

Biarritz, c’est une ville côtière du Pays-Basque, de 25 000 habitants. Elle fait partie de ce que vous entendrez là-bas comme le BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz), une agglo de 125 000 habitants.

À 25 km de l’Espagne, la ville est surtout connue, et ce même en dehors de l’hexagone, pour le surf. Et ça se voit. Sur la Grande Plage, la plage la plus proche du centre (et qui n’est pas si grande), j’ai compté jusqu’à 45 surfeurs en même temps, un lundi après-midi. Je n’ose même pas imaginer ce que ça doit être un jour d’été.

Mon séjour de digital nomad à Biarritz

Je suis resté trois semaines à Biarritz.

La première dans un Airbnb à deux pas de la Grande Plage, les deux autres dans un coliving, Outsite Biarritz, sur lequel je donnerai mon avis un peu plus loin dans l’article.

La ville

Pour moi, la ville de Biarritz en elle-même n’a rien d’extraordinaire. C’est une ville qui n’a pas spécialement de particularités architecturales (or la tronche des bâtiments, c’est super important pour moi). À part quelques petits châteaux ou manoirs et le rocher de la Vierge, j’ai honnêtement trouvé peu charme à la ville…

Mais bon, en période hors covid, avec les bars, restos et lieux culturels ouverts, mon avis aurait sans doute été différent !

Les plages

Océan à Biarritz
Peut-être la meilleure photo que j’ai prise de Biarritz

On touche le point sensible. Si Biarritz est connue, c’est en grande partie pour ses spots de surf, et donc ses plages.

Et je peux vous le dire, les habitants de Biarritz sont fiers de leurs plages. Promenez vous le long de plage de la Côte des Basques, et vous verrez forcément des locaux assis sur les bords de la plage, le regard perdu sur l’horizon.

Bon, il faut dire que la vue des vagues s’écrasant sur les rochers a un certain charme, tout comme l’océan déchainé quand le vent est fort. On aime, ou on n’aime pas. Personnellement, après avoir vécu sur la côte est de l’Espagne, ainsi qu’aux Canaries, j’ai du mal à trouver ce spectacle aussi beau que les locaux.

Les Biarritzoi… Biarritzie… Biarrots !

Si je devais caricaturer, je dirais que les Biarrots (oui, je ne savais pas non plus avant d’y aller) sont fait à 50% de locaux chauvins, et à 50% de Parisiens venus profiter de la vie à la province et du surf.

Bon, heureusement, je ne suis pas du genre à caricaturer (pas tout le temps du moins), donc je vais nuancer un petit peu.

Oui il y a des chauvins, mais comme partout en France ; et oui, il y a beaucoup de non locaux hipsters qui viennent s’installer ici (et pas que des Parisiens), pour profiter de la région et, évidemment, du surf.

Femme nourrissant des chats
Il y a même des vieilles femmes qui donnent à manger aux chats sauvages dans les parcs…

La météo (faut qu’on en parle)

Bon, il faut savoir quelque chose sur la météo à Biarritz. Biarritz est la ville la plus pluvieuse de France métropolitaine ; c’est pas une blague. C’est simple, il y pleut plus que n’importe où ailleurs en France (oui, même plus qu’en Bretagne).

Je suis resté 21 jours à Biarritz, il a dû pleuvoir 17 ou 18 jours. Je me suis retrouvé entièrement trempé deux fois, juste en allant faire des courses.

La météo là-bas est capricieuse. Il peut y avoir du soleil quand vous sortez de chez vous, et pleuvoir des cordes dix minutes plus tard. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir les Biarrots, qui ne semblent jamais sortir de chez eux sans être accompagnés d’un parapluie… Il disent d’ailleurs qu’à Biarritz, vous pouvez trouver les quatre saisons dans une même journée ; et je crois bien que c’est vrai.

Bref, perso, la pluie, les tempêtes et le vent, c’est pas vraiment mon truc. Mais si vous aimez ça, Biarritz sera un paradis pour vous.

Le coliving

Comme je le disais, si j’ai passé la première semaine en Airbnb, j’ai passé les deux suivantes dans le coliving de Biarritz, Outsite. Pour rappel, un coliving un une grosse colocs où se retrouvent télétravailleurs, souvent des nomades. Et Outsite, c’est un peu comme une chaîne de colivings.

Bref, le coliving ! Déjà, il est vachement bien situé, à quelques minutes à pieds de la plage de la Côte des Basques, parfait pour les surfeurs ! Les locaux sont rénovés (le coliving est récent), et les chambres sont super cool (lit queen size, petit bureau et salle de bain privée). Seul bémol : l’espace de coworking fait aussi office de salle à manger et salon. Ce n’est toutefois pas trop grave, l’espace est assez ouvert.

Au niveau des colivers – on était une dizaine, avec un petit turnover, j’ai été surpris de voir qu’il n’y avait que des Français (excepté une Polonaise, arrivée sur la fin de mon séjour… avec son copain Français). C’est le quatrième coliving dans lequel je vais, et je n’avais rencontré que deux Frenchies avant.

En fait, ça s’explique parce que très peu étaient nomades (et aussi à cause des circonstances actuelles qui n’aident pas à voyager…). Il y avait beaucoup de télétravailleurs parisiens (en fait, j’étais le seul non parisien à un moment, sur 7-8 personnes), forcés à travailler à distance pendant la pandémie, désirant s’essayer à la vie provinciale et profiter des spots de surf.

Certains avaient pour objectifs de devenir digital nomad, mais pas la plupart. La seule vraie nomade que j’ai rencontrée là-bas, c’est Ting, une parisienne originaire de Taïwan, qui elle pour le coup voyage pas mal !

Bref, pour résumer le coliving :

Points forts

  • Situation géographique
  • Locaux, chambres
  • Cuisine
  • Arthur (le manager) est cool

Points faibles

  • Un vrai espace de coworking serait mieux (avec des fauteuils de bureau)
  • Des évènements « officiels » pro et perso seraient un plus (skillshares, soirée cocktails, …)

Biarritz, une ville pour digital nomad ?

Il est temps de répondre à la question. Personnellement, pour moi Biarritz n’a pas été un coup de cœur. Je n’ai pas apprécié la ville en elle-même, et encore moins la météo.

Cependant, si vous êtes télétravailleur et faites du surf, Biarritz (et Outsite) est un passage obligé !

Et vous, avez-vous des villes à conseiller pour les nomades ? Dites-le en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.